Volet IV : le gouvernement, la politique, l’histoire et les références culturelles

Nous avons puisé dans nos milliers de gazouillis pour vous offrir ce Guide essentiel du Québec pour traducteurs, présenté par volet thématique. Ce quatrième et dernier volet présente le gouvernement, la politique, l’histoire et les références culturelles du Québec. Bonne lecture!

Le gouvernement du Québec

1. Les organes du gouvernement du Québec (ministères, organismes, directions, sociétés d’État, etc.) n’ont pas de nom anglais officiel. Leur nom reste en français dans les textes anglais.

2. Si un texte emploie un nom abrégé pour désigner un organe du gouvernement du Québec (ministère, conseil, commission, etc.), vous pouvez traduire ce nom abrégé.

3. La Charte de la langue française accorde une plus grande souplesse de traduction au ministère des Relations internationales, pour faciliter les échanges avec les publics étrangers.

4. À cet égard, les « délégations générales » du Québec à l’étranger portent officiellement le nom de Québec Government Office en anglais.

5. Le gouvernement du Québec exige l’emploi du nom français dans ses textes, mais pour tout autre texte, c’est vous qui décidez.

6. Les universités francophones du Québec relèvent du gouvernement provincial. Leur nom doit donc rester en français dans les textes gouvernementaux : Université Laval, pas Laval University.

7. On dit partout au Canada Crown corporation, mais son équivalent français, « société de la couronne », ne s’emploie guère au Québec, la monarchie ayant moins la cote. On parle donc de « société d’État ».

Politique et législation au Québec

8. Les articles des lois du Québec sont appelés des sections en anglais, sauf dans les codes et les chartes, où ils demeurent des articles.

9. Au Québec, un parliamentary committee est une « commission parlementaire », pas un comité.

10. Les noms des ministères du gouvernement du Québec demeurent en français, mais les titres des ministres sont traduits. Consultez-les ici.

11. La Paix des braves, l’accord historique entre le Québec et les Cris, s’appelle Peace of the Brave en anglais et non Peace of the Braves.

12. On nomme regulation (au singulier) les règlements pris par le gouvernement du Québec et regulations (au pluriel) les règlements pris par le gouvernement du Canada.

13. « Parc national du Québec » : provincial park dans les autres provinces, mais national park pour le Québec, car n’oublions pas que le Parlement du Canada a déclaré que le Québec est une nation.

Un peu d’histoire

14. À l’époque de la Nouvelle-France, Québec n’était pas une grande ville et porte donc mal le titre de Quebec City dans les textes d’histoire. Même en anglais, écrivez tout simplement « Québec » en conservant l’accent aigu.

Références culturelles québécoises

15. Surnoms donnés aux Canadiens de Montréal : the Habs en anglais, mais « la sainte Flanelle », « le Tricolore », « les Glorieux » ou « le Bleu-Blanc-Rouge » en français.

16. « Canada » et « canadien » sont souvent utilisés pour désigner les autres provinces ou le reste du Canada. Il fut un temps où c’était une prise de position politique, mais de nos jours c’est un simple phénomène linguistique.

17. Quand on traduit du français à l’anglais, il est souvent judicieux de remplacer « Québec » par Canada : « une entreprise québécoise » = a Canadian business.

18. Pourquoi Canada est-il une bonne traduction de « Québec » en marketing? Parce que le public anglophone a rarement un sentiment fort d’appartenance au Québec.

19. Les notions de « Québec » ou encore de « France » font moins partie des cordes sensibles du public anglophone. Songez à les laisser tomber ou à en atténuer l’importance dans les textes de marketing.