9 conseils pour réduire vos coûts de traduction

1. Demandez-vous si vous avez vraiment besoin d’une traduction.

• Est-ce qu’un résumé oral suffirait?
• Peut-être qu’une traduction automatique ferait l’affaire si vous voulez seulement comprendre l’idée générale.

2. Éliminez tout contenu qu’il n’est pas nécessaire de traduire.
  • Certaines parties du texte ne s’adressent peut-être pas à un public anglophone. D’autres parties peuvent ne concerner que le public d’une région bien précise.
3. Réduisez le nombre de mots.
  • Éliminez les phrases et paragraphes superflus.
  • Supprimez les passages répétitifs (certains paragraphes se répètent parfois mot pour mot).
  • Générez vous-même la table des matières.
  • Remplacez le texte par des cartes, pictogrammes, photos ou autres illustrations.
4. Pensez « plurilingue » d’emblée.
  • Assurez-vous que votre concept ou slogan se transpose dans d’autres langues (p. ex. : on dit « sept chanceux » en français, mais « huit chanceux » en chinois, « cinq continents » en français, mais « six (voire sept) continents » en anglais).
5. Parachevez votre document avant de l’envoyer en traduction.
  • Multiplier les versions, c’est aussi multiplier les risques d’erreurs.
  • Chaque version supplémentaire fait grimper la facture.
6. Déterminez la qualité de traduction souhaitée.
  • Bien qu’inacceptable à des fins commerciales, une traduction automatique donne néanmoins une idée générale du sujet traité.
  • Si vous traduisez une lettre ou un procès-verbal à titre d’information, inutile de consacrer un temps précieux à peaufiner votre style.
  • Si votre image de marque est en jeu, ou encore si vous voulez mobiliser votre public ou le persuader d’acheter votre produit, vous avez besoin d’une traduction impeccable et prête à diffuser.
7. Choisissez méticuleusement votre traducteur.
  • Une connaissance bilingue? Ce n’est pas parce qu’on parle deux langues qu’on sait nécessairement traduire, voire même écrire.
  • Un étudiant ou un professeur de langue? L’étude ou l’enseignement d’une langue n’attestent en rien l’aptitude à la traduction. Procédez avec précaution.
  • Vous-même? Si vous traduisez vers une langue qui n’est pas votre langue maternelle, il y a fort à parier que vos lecteurs le remarqueront, même si vous la maîtrisez relativement bien. C’est à vous de voir si cela importe ou non. Cela dit, si vous traduisez pour votre entreprise, mieux vaut faire appel à un professionnel.
  • Un traducteur pigiste? Le recours à un traducteur pigiste peut s’avérer un choix judicieux, à condition qu’il maîtrise votre sujet. Cela dit, la disponibilité et la productivité varient d’un pigiste à l’autre. Posez-vous les questions suivantes : s’agit-il d’un traducteur agréé? Est-il révisé par un autre traducteur agréé, question d’avoir un second regard sur ma traduction? Combien de mots peut-il traduire par jour?
  • Un cabinet de traduction? Les cabinets de traduction sérieux offrent habituellement une qualité et une productivité supérieures. Ils coordonnent tous les aspects du travail pour vous : attribution à un traducteur compétent, suivi du processus, contrôle de la qualité, conversion des fichiers, uniformisation, etc.
8. Outillez le traducteur pour le travail à faire.
  • Quel est le contexte? Le document s’adresse-t-il à vos clients? À vos représentants commerciaux? Sera-t-il lu à la radio? Publié dans un magazine? Est-il lié à d’autres textes?
  • Qui est votre public cible? Votre document est-il destiné à des anglophones du Canada ou des États-Unis? À des spécialistes ou au grand public? Vos réponses aideront le traducteur à choisir le ton et le niveau de langue appropriés.
  • Avez-vous des images ou des dessins? Qu’ils fassent partie intégrante du message ou non, ils favorisent à tout le moins la compréhension du traducteur.
  • Avez-vous des contraintes d’espace?
  • Avez-vous un lexique? Vous épargnerez temps et argent si vous fournissez au traducteur les termes connus et arrêtés.
  • Avez-vous des préférences stylistiques? Le traducteur peut trancher à votre place, mais n’hésitez pas à lui faire part de vos préférences (p. ex. : graphie traditionnelle ou rectifiée en français, graphie américaine ou britannique en anglais).
9. N’oubliez pas les faits suivants :
  • La traduction est une profession qu’on enseigne à l’université : ne s’improvise pas traducteur qui veut!
  • Les traducteurs travaillent toujours vers leur langue maternelle. Ceux qui traduisent vers une langue seconde courent de grands risques.
  • Certains types de textes nécessitent une formation d’appoint, notamment en droit ou en génie.
  • Les traducteurs d’expérience traduisent entre 1 500 et 2 000 mots par jour, voire plus selon la maîtrise du sujet ou le caractère répétitif du texte.

Le bon mot

Une panoplie de conseils linguistiques et d’autres ressources pour vous aider à relever le défi de la traduction.
Consultez >

2C4A2134

Notre équipe

Des gens d’exception, des parcours remarquables... 
En savoir plus >